Home » Petite enfance (2)

Petite enfance (2)

6 juin 1944 : Pétain à Collonges

6 juin 1944 : Pétain à Collonges - Tetelpinpin

 

Le Maréchal Pétain est arrivé à Lyon le 5 juin 1944 dans la matinée. Après le terrible bombardement de Lyon par les Alliés, le 26 mai 1944 (qui avait fait 717 morts et1129 blessés), il voulait rencontrer des blessés. Il est allé en voir à l'hopital de Grange Blanche. Dans l'après-midi il est venu constater les énormes dégats matériels dans le quartier de Vaise qui avait beaucoup souffert. Puis il a passé la nuit au château du Tourvéon, chez une famille amie, à Collonges.


C'est là qu'il apprit le Débarquement des Alliés en Normandie au matin du 6 juin. Il parait qu'il entra dans une grande "fureur".

Dans la matinée, les enfants des écoles étaient réunis devant le portail du château pour faire une haie d'honneur au Maréchal. Nous agitions tous un petit drapeau bleu-blanc-rouge, qu'on nous avait distribué.

Le Maréchal est passé devant nous et a carressé la joue de mon copain "Chocho" qui était à coté de moi. C'était le seul de la bande qui avait une maman allemande, mais le Maréchal ne pouvait pas le savoir !

On n'a pas eu le temps de chanter notre chanson parce qu'il est vite parti pour Saint-Etienne avant de rejoindre Vichy.

 

La destruction des ponts de Collonges

La destruction des ponts de Collonges - Tetelpinpin

 

Depuis le débarquement en Provence du 15 août 1944 et la percée des Alliés en Normandiesuivie de la marche sur Paris, les forces allemandes stationnées dans le sud-est de la France sont menacées d'encerclement. La XIXème armée allemande se replie difficilement vers le nord par la vallée du Rhône, retardée par les sabotages de la Résistance.


Les allemands ont programmé la destruction des ponts de Lyon pour retarder la progression des troupes alliées. Depuis le 28 août, la préparation pyrotechnique est effectuée sous bonne garde. Le samedi 2 septembre les allemands quittent Lyon. Leurs artificiers vont faire sauter les ponts méthodiquement du sud au nord sur le Rhône, puis sur la Saône. Plus au nord les ponts de Collonges, de Fontaines, de Couzon et de Neuville sont également sabotés et très endommagés.


A Collonges, nous avions été avertis que les ponts allaient sauter vers midi. On nous avait dit de sortir dans la rue, et d'ouvrir toutes les fenêtres de la maison. Tout le quartier s'était réuni vers le café de la Mairie. Soudain on a entendu de fortes explosions et une énorme fumée noire est apparue dans le ciel. Les deux ponts de Collonges avaient sauté.

 

 

Photo : le pont du chemin de fer construit par Eiffel est totalement détruit. Il faudra attendre 1949 pour qu'un nouveau pont puisse laisser passer des trains.

La libération de Lyon et de Collonges

La libération de Lyon et de Collonges - Tetelpinpin

Le lendemain, dimanche 3 septembre Lyon était libérée par le général Brosset entré à la tête de sa 1ère DFL par le pont de l'Homme de la Roche, le seul pont intact.

Ensuite il se dirige vers l'Hôtel de Ville. Il montera avec sa jeep les escaliers pour arriver dans la cour d'honneur du bâtiment. C'était la liesse dans la ville.

Le 4 septembre une jeep est arrivée sur la Place de la Mairie à Collonges. Les soldats américains sont entrés à la Mairie. Je me suis approché du conducteur de la Jeep qui attendait. C'était un noir costaud.

Il m'a souri et donné des barrettes de chewing-gum.

C'était la première fois que je voyais un soldat américain, la première fois que je voyais un homme noir, et la première fois que je mangeais du chewing-gum. 

 

 

Photo :Le pont suspendu est aussi totalement détruit

En route pour l'adolescence